13 novembre 2012

Exposition d’un week-end: Germain Marteau dit « Germain » & Damien Vervoort

dessingermain-3.jpg

Les expositions d’un week-end

 

Suite aux nombreux souhaits exprimés d’exposer dans nos salles, le centre culturel organise des expositions individuelles ou collectives d’un week-end.

Cette initiative donne la possibilité aux créateurs de montrer leurs réalisations dans l’espace du centre culturel, mais également de profiter de son aide pour le montage, la promotion, …  Cet espace apprécié pour sa lumière, sa sobriété et ses dimensions accueillera donc en plus de la saison spécifique, des propositions extérieures.

Par le biais de ces expositions, nous espérons donner l’influx à la valorisation de travaux réalisés dans la discrétion, susciter le goût pour l’expression créative, encourager à une solidarité et une tolérance entre les modes d’expression, provoquer des rencontres de proximité autour de Marchinois passionnés.


 Présentation de Germain et de Damien Vervoort

 

Germain Marteau –pour les intimes Germinal
Martelet –, né en 1950, était originaire de Jeneffe en-Condroz. Il est décédé il y a 11 ans à Marchin. Pierrot Pailhe, qui fut son ami, nous parle de Germain :
« Germain n’était jamais pris au sérieux et ne
se prenait pas au sérieux non plus. Il aimait les
arts en général, c’était un touche à tout : il était
auteur d’oeuvres théâtrales : « Bourbier de ces
villes », « La famille tu m’as souri », co-fondateur
avec Giorgio Rubino du groupe musical « Les
Spéculoos mystiques », créateur de diverses B.D.
dont la fameuse série de « L’allumé » aux éditions
du Bonlard. Il dessinait, il peignait, il déconnait
beaucoup : c’était un grand marxiste tendance
Groucho ».


 

A l’initiative de Pierrot Pailhe et de Renaud Jallet,
cette exposition lui rendra hommage.


« Dessins aux marqueurs, aux crayons sur des
bouts de papier, des cartons de bière réalisés le
plus souvent sur un coin de table dans les bistros
qu’il fréquentait, aquarelles, affiches, B.D. « le coin
de l’allumé » - dans la ville de l’étain -, etc., des tas
de choses seront présentées.
Nous comptons aussi réaliser un petit set musical
en l’honneur des « Spéculoos mystiques » avec
l’une ou l’autre de ses chansons, des aphorismes,
quelques textes, tout ce qu’il aimait… de la
déconnade quoi… »



 

Dans un autre registre, Damien Vervoort, 25
ans, habitant Vierset-Barse, est intarissable sur son
travail, sa passion. Il ne manque pas d’ambitions.
Autodidacte, il a de nombreux projets artistiques
qui pourraient l’occuper jusqu’à ses 100 ans,
comme il dit. 


 

Inspirées par « les films fantastiques,
les jeux vidéo, mais aussi les châteaux, tout ce
que l’homme construit de plus beau, la nature…»,
ses réalisations : dessins, peintures, poteries,
maquettes, photos,… visent des objectifs précis et
un rêve qu’il est bien décidé à réaliser.



« C’est d’abord pour étancher ma soif de créativité,
faire ce qui me plaît, ce qui me passe par la tête et
développer mon propre style, mon univers. C’est
aussi pour me rapprocher des gens que j’admire,
qui m’inspirent que ce soit dans les milieux
artistique, technique ou cinématographique, ces
gens qui réussissent et qui sont reconnus pour
ce qu’ils font. Je cherche aussi à échapper à la
réalité qui me paraît triste et morose, je fais des
choses imaginaires pour faire rêver les gens, pour
les sortir de la réalité, du quotidien, du banal, mais
en restant toujours métaphorique, symbolique.
Surtout, j’exploite toutes ces techniques pour
pouvoir en faire des spectacles, des films, des
pièces de théâtre qui, j’espère, plairont, auront
du succès et à la limite, me rendront célèbre et,
peut-être, même légendaire ou mythique, je ne
sais pas… Avoir de la notoriété grâce à ce que je
fais, ce serait, je crois, un des plus beaux cadeaux
que la vie pourrait m’offrir. »



 

Et à Grand-Marchin…



 

« Je montrerai ce que je considère comme
mes plus belles réalisations : des dessins assez
gothiques, un peu plus sombres, plus simplesplus dépouillés que ce que je fais d’habitude. Ils
sont inspirés d’une jeune fille gothique rencontrée
durant mes études, des films de Tim Burton, des
dessins de Victoria Francés, une artiste gothique
espagnole. Il y aura aussi quelques petits dessins
animés. Il s’agit de mes premiers pas dans
l’animation «Stop-Motion», un autre domaine
de prédilection qui me permet de faire ce que
faisaient deux de mes idoles, les maîtres des effets
spéciaux Ray Harryhausen et Willis O’Brien. »


 

Informations pratiques

 

Lieu :

Centre culturel de Marchin

Horaire :

Le samedi 8 décembre de 13h à 18h et le dimanche 9 décembre de 11h à 18h

 

Coût de l’entrée :

Entrée gratuite

 

Informations :

Pierre Mossoux : 0499/60.30.45, Pierremossoux@skynet.be

20:14 Publié dans Culture | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.